Faisons le point sur la situation du e-commerce au premier trimestre 2021. Quel a été l’impact de la crise sanitaire en France et quels sont les horizons à prévoir pour la fin de l’année ? Découvrez dans cet article les informations qui vous guideront dans vos prises de décision e-commerce.

Quel est l’état du marché du e-commerce français au 1er trimestre 2021 ?

  • Une hausse de 14,8% du chiffre d’affaires pour le secteur du e-commerce : 30 milliards d’euros atteints au 1er trimestre 2021.  
  • Un gouffre de ventes entre les biens et les services : la vente de bien a augmenté de +30% alors que la vente de services, notamment au niveau du tourisme a de nouveau chuté de -49%.  
  • Une augmentation de +12% du nombre de sites e-commerce : +18 000 sites par rapport à 2020. L’offre continue de se diversifier et de croître.  
  • Une hausse de +17,8% des transactions sur internet : 499 millions de transactions ont été recensées.  
  • Un chiffre d’affaires pour le secteur du e-commerce à 29,1 milliards d’euros : 4 milliards de plus que l’an passé.  
  • Une légère baisse du panier moyen ; 58 euros contre 60 euros en 2019. Au 1er trimestre 2021, 823 euros ont été dépensés par acheteur contre 761 euros l’année dernière à la même période.  

Le e-commerce, opportunité pour les TPE et PME

Suite aux nouvelles mesures mises en place par le gouvernement en février 2021, les commerçants ont dû redoubler d’efforts et enregistrent finalement une hausse de leurs transactions en ligne, avec +28% des ventes pour le mois d’avril. L’opportunité du digital est toujours présente et les TPE PME comprennent de plus en plus l’enjeu de déployer un site e-commerce et globalement une plateforme de marque. 

Les ventes des sites e-commerce des enseignes, proposant habituellement leur offre en magasin, ont progressé plus rapidement que celle de leurs amis les pure-players. On peut imaginer que les habitués de ces magasins, ne pouvant plus s’y rendre, ont opté pour la solution digitale.

Cette augmentation est également due à la popularisation du Click & Collect, qui a permis aux enseignes de rester ouvertes pendant la crise tout en proposant le paiement en ligne. Les entreprises ont pu rapidement développer leur site internet et proposer le Click & Collect notamment grâce à des solutions comme Shopify, car il n’y a pas besoin d’avoir un service de livraison pour faire de la vente en ligne !  

L’impact des restrictions sanitaires sur le e-commerce

La fermeture des commerces de plus de 20 000 m2 et le décalage des soldes d’hiver à février ont permis une forte accélération des ventes en ligne, avec un mois de mars qui comptabilise +30% de transactions. Le e-commerce a donc pris le relais lors de la fermeture des magasins.

Le secteur BtoB a également suivi le phénomène avec une augmentation de +21% des ventes en ligne86% des clients professionnels souhaitent être autonomes tout au long du processus d’achat. Le e-commerce devient également la solution numéro 1 des acheteurs professionnels notamment grâce aux nombreuses fonctionnalités disponibles sur un site e-commerce BtoB. L’achat en ligne devient nécessaire pour tous les secteurs.  

Le tourisme en ligne affiche quant à lui une baisse de -49%, comme les précédents trimestres. La baisse des ventes de voyages a freiné la vente de services sur mobile avec une augmentation de seulement +17% contre +33% pour la vente de produits, qui reste dans la tendance des trimestres précédents. 

Places de marché : leur meilleure performance depuis le début de la crise sanitaire

Entre janvier et mars, les ventes des marketplaces (places de marché) ont progressé de +44%, dépassant celle du marché (+32%) pour la première fois depuis le début de la crise ! Le poids des ventes des marketplaces dans le total des ventes du marché montre une augmentation de +15,5% contre +14,5% sur le premier trimestre 2020.

Le 3ème confinement : un nouveau bon pour le e-commerce

Suite à l’application de nouvelles restrictions dont la fermeture des commerces non essentiels au mois d’avril, le e-commerce a de nouveau accéléré et enregistre un bon de +45% de ventes par rapport à 2020, seulement sur la première semaine d’avril. Sur l’ensemble du mois d’avril, on comptabilise une hausse de +17% par rapport à 2020. Comparé à avril 2019, avant la crise sanitaire, les ventes ont augmenté de +71%.

Sur une année complète de crise, le chiffre d’affaires des sites des enseignes traditionnelles a augmenté de +66%, un résultat deux fois supérieur à celui de la moyenne du marché et trois fois supérieur à celui des sites pure-players (+18%).

Tout comme l’année passée, les commerçants ont réussi à transférer une partie de leurs ventes sur internet avec une augmentation de +28% par rapport à 2020 et une augmentation de +163% par rapport à 2019. On note donc un bon rebondissement des enseignes face à la situation, pour assurer le maintien de l’économie mais aussi pour permettre aux Français de consommer tout en respectant les mesures sanitaires.

Cet article repose sur l’étude des chiffres du 1er trimestre 2021 publié par la Fevad.  

Besoin d’aider pour créer votre site e-commerce ?

Nous contacter