Les sites internet sont de plus en plus nombreux et se bousculent sur les pages de résultats des moteurs de recherche. Aujourd’hui l’enjeu se trouve dans la différenciation. Le commerce virtuel est perçu comme un levier d’avenir pour le secteur du e-commerce, et pas que ! Les points de vente physiques sont eux aussi concernés par l’essor de cette technologie.

Durant de nombreuses années, les technologies de réalité virtuelle et de réalité augmentée ont été assimilées au monde des jeux vidéo et du gaming. Assez récemment, leur image a changé et elles sont à présent considérées comme de véritables outils marketing.

Grâce à leur démocratisation, les opinions ont changé. Elles sont de plus en plus populaires et servent aussi bien pour des usages personnels que professionnels.

Que désigne le V-commerce ?

Le V-commerce, traduit par commerce virtuel en français, appartient à la grande famille du E-commerce. Il en constitue une sous-catégorie (tout comme le M-commerce). Le V-commerce renvoie à toute expérience commerciale ou de vente mettant en œuvre de la réalité virtuelle ou de la réalité augmentée.

Nous pouvons aussi parler de réalité mixte lorsque sont sollicitées à la fois la VR, la RA et la réalité physique.

Définition de la réalité virtuelle

La réalité virtuelle, aussi abrégée VR (pour Virtual Reality en anglais) est une technologie numérique qui consiste à immerger une personne dans un monde artificiel en 3 dimensions à l’aide d’un casque à réalité virtuelle. Ce monde virtuel est affiché aux yeux de l’utilisateurs grâce à un ordinateur.

Parmi les célèbres casques à réalité virtuelle nous retrouvons le fameux Oculus Quest du groupe Meta Quest, nous avons la gamme VIVE de la marque HTC, mais aussi le PlayStation VR qui est plus axé consoles de jeux.

Définition de la réalité augmentée

La réalité augmentée, quant à elle, désigne la technologie permettant d’intégrer et de superposer des images et éléments virtuels à notre véritable environnement, et tout cela en temps réel. Cette technologie nécessite l’utilisation de la caméra du smartphone ou de la tablette.

Ces deux technologies permettent de renouveler le e-commerce en remettant en cause le modèle classique de la distribution, du marketing et de la communication. C’est à travers ces nouveaux canaux que les marques se doivent de remodeler l’expérience d’achat de leurs clients dans une dynamique de fidélisation mais aussi de conquête.

Les avantages du V-commerce

Une partie des consommateurs reste encore méfiante du fait d’acheter sur un site e-commerce et accorde plutôt leur confiance au contact physique qu’ils peuvent avoir avec la marque. Le commerce virtuel se présente alors comme LA solution !

Les consommateurs sont réceptifs à la réalité virtuelle et la perçoivent de manière positive. Elle permet de les aider dans leur décision d’achat voire de les inciter à acheter ! C’est le côté novateur de la technologie qui est à l’origine de ce phénomène.

Elle représente une réelle opportunité de vente pour les entreprises d’autant plus que la réalité virtuelle est de plus en plus répandue à travers la population. Ce qui est (quasi) sûr, c’est que d’ici quelques années la grande majorité des personnes possèdera un casque VR.

Le commerce virtuel du côté des utilisateurs

Tout d’abord, la réalité virtuelle et la réalité augmentée jouent sur les sens de l’utilisateur. Pour un grand nombre des consommateurs, faire ses courses ou du shopping peut être assimilé à une corvée : c’est justement dans cette situation que ces nouvelles technologies peuvent venir contrer cette idée et rendre le shopping divertissant.

Grâce au casque VR, les utilisateurs vont vivre une expérience immersive avec la marque et cela va jouer sur leurs émotions. Cette expérience positive déclenchera une augmentation de leur engagement vis-à-vis de la marque.

D’autre part, pouvoir tester et/ou essayer un produit de la marque de manière virtuelle permettra au consommateur de mieux imaginer ce qu’il souhaite acheter. En effet, l’expérience d’achat s’assimilera plus facilement à celle vécue en magasin plutôt que si elle avait été réalisée en e-commerce traditionnel. Ainsi, de par cette expérience unique en son genre, les consommateurs obtiendront un parcours d’achat optimisé et personnalisé, ce qui ne fera que croître leur satisfaction !

Enfin, un point très intéressant et pas des moindres, il s’agit du gain de temps ! Aujourd’hui, la société cherche à gagner du temps sans cesse et surtout à ne pas en perdre inutilement. Pouvoir essayer un produit virtuellement leur évite le temps d’attente en cabine et en caisse des boutiques physiques.

Et pourquoi vendre virtuellement pour les commerçants ?

Les consommateurs sont souvent réticents à acheter des vêtements ou bien même un meuble sans les avoir testés ou vus au préalable. Le commerce virtuel permet de s’affranchir de  cette problématique notamment grâce à la réalité augmentée. Ainsi, il sera plus facile d’éviter les abandons de paniers.

Par ailleurs, en magasin physique, la réalité virtuelle peut elle aussi être un argument de vente. Elle vient alors comme un canal complémentaire agrémenté au point de vente. Certaines marques ont su user de cette technique et les résultats ont été très probants. Nous verrons l’exemple de l’une d’entre elles un peu plus loin dans l’article.

Au-delà de l’aspect technique de la réalité virtuelle, vous allez permettre à vos futurs acheteurs d’être rassurés et de les conforter dans leur idée d’achat. Ce sont donc les taux de retours qui vont diminuer ! En effet, contrairement à du e-commerce classique, les consommateurs ont beaucoup plus conscience du produit qu’ils achètent. Cela limite donc l’erreur de mauvaise perception du produit.

Ensuite, l’aspect futuriste de la technologie permet d’attirer l’attention sur vous. Vous dégagez une image de marque moderne et innovante. Vous pouvez d’ailleurs la travailler en créant une expérience virtuelle autour de votre marque (son, animation, visuel…) afin d’immerger l’utilisateur dans votre monde.

Enfin, l’intégration de ce nouveau canal dans votre entreprise permet de récolter des données sur vos clients afin de mieux comprendre leur comportement, et par la suite d’optimiser le parcours d’achat de chacun.

Le commerce virtuel : un monde sans aucune limite

L’espace virtuel est immatériel, il ne possède donc pas de limites. Et pour une entreprise, ne pas avoir de limites c’est du pain béni !

Le commerce virtuel vous offre la possibilité de construire une véritable boutique virtuelle et donc de représenter votre commerce d’une autre manière. Dans le virtuel, les possibilités sont infinies. Vous pouvez donc le représenter comme bon vous semble.

L’espace n’étant pas un problème, il est possible d’insérer dans votre boutique un showroom virtuel avec une grande quantité de produits. Les objets virtuels ne prenant pas de place, vous pouvez en intégrer un nombre important.

Du côté de vos consommateurs, les barrières sont elles aussi rompues : il est possible pour eux d’accéder à votre magasin virtuel à n’importe quelle heure et de partout. Il leur suffit de posséder un smartphone, une tablette ou un casque de réalité virtuelle à portée de main.

Les secteurs d’activité concernés par le V-commerce

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-dans-le-texte-1024x768.jpg.

Certains secteurs d’activité sont plus touchés par le commerce virtuel que d’autres. Les principaux sont les suivants :

–         La beauté et la cosmétique
–         L’habillement
–         L’immobilier
–         Le mobilier et la décoration (ameublement)
–         Le luxe
–         L’alimentaire
–         L’optique
–         Le tourisme
–         L’automobile

Certaines marques parmi ces secteurs font d’ailleurs l’objet de très beaux exemples concernant le V-commerce.

La marque Ikea reste un modèle phare dans ce domaine. Elle fait partie des précurseurs puisque c’est en 2013 que la marque sort son catalogue produits sur son application permettant de visualiser ses meubles virtuellement à travers la caméra de son smartphone. A cette époque, elle souhaitait déjà faire vivre une expérience unique à ses consommateurs. Ainsi, il était possible de disposer les meubles dans son propre intérieur pour se faire une idée du produit.

Nous avons aussi le célèbre exemple de L’Oréal. L’entreprise a rendu possible le test de produits cosmétiques en proposant sa gamme en réalité augmentée. Les consommateurs peuvent essayer rouges à lèvres, fonds de teint, fards à paupières, colorations… à travers leur écran, et le tout avec un rendu très réaliste. De plus, la marque a intégré des détecteurs de teinte et des diagnostics de peau afin que les utilisateurs puissent avoir les mêmes conseils qu’en boutique.

Enfin, Decathlon est lui aussi un pro en la matière ! La marque a déployé la réalité virtuelle dans ses magasins afin de tester l’intégralité de la gamme des tentes Quechua, et ce, dans un monde artificiel ! Les clients peuvent donc utiliser le casque VR mis à disposition par l’enseigne et sélectionner la tente qu’ils souhaitent afin de la visualiser en taille réelle dans l’univers virtuel de la marque.

Les freins au commerce virtuel

Comme toute technologie, le monde du virtuel n’est pas encore parfait. Voici les principaux freins relevés :

–         Les consommateurs doivent investir dans le matériel, notamment dans un casque à réalité virtuelle
–         Le coût de la technologie reste encore élevé
–         Une sensation de nausée liée à l’oreille interne peut se faire ressentir
–          Les temps de chargement peuvent être longs et des dysfonctionnements peuvent survenir
–         Tout le monde n’est pas encore familier à cette technologie : cela concerne aussi bien les professionnels que les particuliers
–         Il reste un équilibre à trouver entre l’utilisation des données personnelles et la personnalisation de l’expérience utilisateur
–         Toutes les entreprises et commerçants n’ont pas les moyens pour investir dans le virtuel
–         Il faut rester vigilant à ce que la technologie ne prenne pas le dessus sur l’humain au sein de l’entreprise

 

Discutons de l'avenir du e-commerce